Survol du marché immobilier, Montréal, juin 2014

Accueil / Le Marché / Survol du marché immobilier, Montréal, juin 2014

QUE SE PASSE-T-IL ?

Le marché immobilier montréalais des édifices à bureaux a enfin de nouvelles tours et le paysage de la location d’espaces de bureaux s’en trouve transformé. Les bureaux de ces nouvelles tours de classe AAA, certifiées Leed, ont déjà trouvé preneurs; le déplacement de ces entreprises dans les nouveaux bureaux ont laissé des blocs d’espace vacants dans quelques édifices de classe A à Montréal. Jumelés à une densification des espaces de travail et un début d’exode des compagnies vers des édifices de type loft en périphérie de Montréal, le taux d’inoccupation a augmenté de 33 % au cours de la dernière année passant de 8,4 % au 2e trimestre de 2013 à 11,2 % pour la même période en 2014. (réf. : Altus insite).

L’inauguration en 2014 ou en 2015  des tours Deloitte , Aimia (Altoria), de l’avenue des Canadiens et du 100, rue Peel changera le visage de Montréal et créera un mouvement de chaises musicales favorable aux LOCATAIRES.

En effet, le départ de Deloitte de la Place Ville-Marie et de celui du groupe Aimia situé au 5100, boulevard de Maisonneuve contribuent aux changements du « paysage bureau », en plus de la densification des aires de travail et du déplacement d’entreprises traditionnelles en périphérie. Deloitte a laissé 185 000 pi2 pour des espaces de 160 000 pi2. Rio Tinto a laissé 300 000 pi2 pour des espaces de 200 000 pi2. Pour certaines entreprises, les nouvelles normes en matière d’aménagement contribuent à réduire le nombre de pieds carrés/employés à plus de 20 %. De fait, on voit les postes de travail diminuer en superficie et partagés par plusieurs employés; sans oublier que les entreprises se montrent de plus en plus réceptives au télétravail.

Autre changement intéressant, après les entreprises de jeux vidéo et de haute technologie, c’est au tour des entreprises traditionnelles, comme La Banque Royale et la TD, de déplacer leurs activités dans le Mile-End, réduisant ainsi de façon importante leur budget d’immobilisations. Cette tendance au déplacement vers les espaces de type loft en périphérie du centre-ville se vérifie de plus en plus avec le redéveloppement entre autres des édifices de la rue Chabanel.

Après le Mile-End et ses édifices de la rue de Gaspé et du 7250, Mile-End où loge la banque TD, on assiste à la résurrection du « Mile X », autrefois appelé Parc Extension, où certains propriétaires de parc immobilier et des développeurs  d’envergure songent à investir.

 

Articles récents
Contact Us